Rechercher

Stérilet, pilule et troubles de l'humeur

Les troubles de l’humeur font partie des effets secondaires fréquents sous contraceptif hormonal.

De nombreuses femmes rencontrent des problèmes d’anxiété, de déprime, voire de crises de larmes qu’elles ne parviennent pas à expliquer, sous-estimant le lien avec la prise d’hormones de synthèse.

Ces corrélations sont-elles réelles ? Comment expliquer le fait que ces hormones synthétiques perturbent notre humeur ?


Les études scientifiques abondent de plus en plus sur l’impact de la pilule ou du stérilet hormonal sur notre système nerveux. Le Docteur en naturopathie Lara Briden y fait référence à plusieurs reprises dans son livre Period Repair Manuel.


Explications :




Pilule contraceptive et émotions


Des chercheurs danois ont remarqué que les femmes sous pilule contraceptive ont des taux d'ocytocine (hormone de l'attachement) deux fois plus élevés que la normale.

Cette hormone est étroitement liée à nos réactions émotionnelles, ce qui expliquerait que certaines émotions sont accentuées ou modifiées sous pilule.

Si cette hormone est plutôt associée à l'amour et au bonheur dans notre inconscient collectif, un excès peut entrainer des troubles de l'humeur et impacter nos relations sociales.



La libido sous contraceptif hormonal


La plupart des contraceptifs hormonaux altèrent notre production endogène de testostérone. Certaines femmes prennent d'ailleurs la pilule pour calmer leur acné hormonale du fait de ses effets anti-androgéniques (NB : avec certaines molécules, pas toutes !).


Pourtant, la testostérone est une hormone essentielle chez la femme comme chez l'homme. Cette hormone anabolisante augmente notre masse musculaire, protège nos os, et surtout booste notre libido.

Le manque de libido ne se traduit pas uniquement par un manque de désir sexuel, mais par une certaine lassitude, un manque de vitalité et d'enthousiasme. Il peut aussi dans certains couples favoriser les tensions et incompréhensions, ce qui se répercute sur l’humeur.




Risques de dépression sous pilule et stérilet


Une étude parue en 2016 dans la revue JAMA Psychiatry* a démontré que les femmes sous pilule contraceptive ont un risque accru de souffrir de dépression. Le risque de suicide est multiplié par 3 chez ces femmes.

Sous stérilet hormonal, le risque de dépression est bien connu également puisque plusieurs dizaines de milliers de femmes ont porté plainte dans de nombreux pays contre le groupe commercialisant le stérilet Mirena. Les progestatifs de synthèse comme le Lévonorgestrel peuvent provoquer des troubles de l'humeur, dont une humeur dépressive.




Gestion du stress et contraception hormonale


Selon la neuroscientifique Nicole Peterson*, la contraception hormonale rend le système nerveux plus sensible au stress. Elle explique que les femmes sous contraception hormonale ont une altération du cortex orbitofrontal latéral, impliqué dans les processus affectifs et motivationnels.


Ce constat est le même sous stérilet hormonal : le DIU au Lévonorgestrel est associé à une élévation du cortisol et à une réaction amplifiée des surrénales face au stress.**




Et le stérilet en cuivre dans tout ça ?


Certaines femmes reportent une anxiété accrue sous stérilet en cuivre. Une étude de 2005* a mis en évidence l'élévation du taux de cuivre dans le sang chez les utilisatrices du DIU en cuivre. L'excès de cuivre est pro-inflammatoire et donc potentiellement toxique pour l'organisme. Il pourrait affecter l'humeur en augmentant les risques d'anxiété, de dépression et de maladies dégénératives.


Les symptômes d'une intoxication au cuivre sont : fatigue, nausées, irritabilité, anxiété, brouillard mental, dépression... Ce phénomène ne concerne que très peu de cas, et est encore peu documenté surtout en France, mais il existe, comme l'attestent les sites https://iudalert.com/ ou http://www.iudawareness.org/ , ou encore de nombreux groupes Facebook.


On retrouve également un taux élevé de cuivre chez les femmes sous pilule oestroprogestative, puisque les oestrogènes de synthèse retiennent le cuivre dans l'organisme.




Le rôle de la progestérone naturelle


La progestérone est une hormone produite par le corps jaune après l’ovulation, et par le placenta à partir du 2ème trimestre chez la femme enceinte.


En plus de ses nombreux bienfaits pour la santé, la progestérone favorise l’apaisement et possède un effet anxiolytique avéré. En effet, la progestérone se convertit en alloprégnanolone, hormone présente dans le sang et le cerveau dont le rôle est similaire au GABA (neurotransmetteur anxiolytique).


Les femmes qui souffrent de syndrome prémenstruel souffrent en réalité d’un déséquilibre oestrogènes/progestérone et ne produisent pas assez de progestérone en phase lutéale. Il en résulte des troubles de l’humeur (anxiété, irritabilité, déprime…) mais aussi de la rétention d’eau, des fringales, des douleurs ovariennes…


Sous contraceptif hormonal, notre production de progestérone est quasiment inexistante puisqu’il n’y a plus d’ovulation (sauf avec certaines pilules microprogestatives). Et la progestérone de synthèse contenue dans les contraceptifs hormonaux n’a malheureusement aucun des effets positifs de notre progestérone naturelle...


La contraception hormonale prive donc la femme de cet anxiolytique naturel.





Retrouvez mon programme en ligne Cycle Naturel : le programme de naturopathie pour arrêter la pilule en toute sérénité et se reconnecter à son cycle.

Et si le sujet vous intéresse, n'hésitez-pas à jeter un œil à mes derniers articles sur l'arrêt de la pilule et les contraceptions naturelles !