Rechercher

Prendre du poids sainement

Il est évident que l’on trouve beaucoup plus facilement des conseils pour perdre du poids que pour en prendre. La question du surpoids est omniprésente dans notre société, il suffit d’ouvrir un magazine féminin pour y trouver les derniers régimes amincissants à la mode.


Pourtant, de nombreuses personnes tentent à l’inverse de prendre ou de reprendre du poids, à la suite d’une maladie, d’une dépression, de TCA, ou même d’un choc émotionnel.


Au-delà de l’aspect esthétique et des éventuels complexes que cela peut engendrer, un déficit pondéral peut provoquer de la fatigue chronique, une aménorrhée chez les femmes, des problèmes de fertilité, de la faiblesse musculaire, une sensibilité accrue aux infections etc.


Notons que nous avons tous une constitution qui nous est propre, elle est innée depuis notre naissance. Ainsi certains ont naturellement une ossature fine, un organisme qui brûle facilement de l’énergie, et donc des difficultés à prendre du poids. Si cette constitution est immuable, notre tempérament peut évoluer sous l’influence de notre mode de vie. Il est donc possible d’agir sur son poids, que ce soit pour le diminuer ou pour l’augmenter, en modifiant son hygiène de vie.


Alimentation


En toute logique, il va falloir rééquilibrer son alimentation.

Il peut être judicieux de se faire accompagner par un professionnel dans ce rééquilibrage alimentaire qui peut être compliqué à gérer seul.


L’alimentation est à individualiser, selon le terrain mais aussi les tolérances digestives de chacun, il est donc difficile d’apporter des conseils généraux.


Mais la base est la même pour tous : il faut maintenir un apport suffisant en protéines de qualité qui vont aider le muscle à reprendre de la masse (œufs, poissons, volaille, légumineuses etc). Les besoins journaliers d’un adulte avec une activité modérée sont de 0,8 gramme de protéines par kilos de poids et par jour, soit 40 g de protéines pour une personne de 50 kilos, ce qui correspond à 200 g de saumon par exemple. Afin d’augmenter sa masse musculaire, cet apport peut monter progressivement à 1,6 gramme de protéines par kilos de poids et par jour, soit 80 g de protéines pour une personne de 50 kilos. Ces protéines sont à répartir entre le petit-déjeuner et le déjeuner, mais doivent plutôt être évitées le soir, où les sécrétions digestives s’amenuisent.




Les acides gras ne doivent pas être négligés (oléagineux, huiles végétales, avocat, poissons gras, beurre cru…) ainsi que les glucides à Index Glycémique modéré (patate douce, sarrasin, quinoa, riz complet…), fournisseurs d’énergie.


C’est aussi le moment de combler d’éventuelles carences en apportant au corps l’ensemble des micronutriments dont il a besoin, grâce à une alimentation vivante et variée : fruits et légumes bio, graines germées, algues, jus et smoothies frais.


Digestion


La qualité de la digestion est primordiale. Les nutriments doivent être hautement tolérés, il faut donc faire attention aux associations alimentaires. Les repas peuvent être fractionnés en plusieurs petits repas pour une meilleure digestibilité, surtout si la personne a peu d’appétit. Le goûter est idéal pour cela, et n’est pas réservé qu’aux enfants !


Une nourriture mal digérée provoque des inconforts, allant des douleurs aux nausées et problèmes de transit. À terme, une malabsorption engendre des carences, ce qui n’aide pas à prendre du poids. Outre les règles de digestion de base (bien mastiquer, manger dans le calme, éviter les boissons pendant le repas), il est important de prendre soin de son système digestif et d’identifier les intolérances alimentaires lorsqu’il y en a. La maladie cœliaque par exemple (intolérance au gluten) peut provoquer une perte de poids et des troubles d’assimilation.


Etat de la thyroïde


En cas d’hyperthyroïdie, l’organisme fonctionne à plein régime et brûle beaucoup plus de calories qu’il ne le devrait. Ainsi, la personne peut avoir un bon appétit, mais perdre du poids à vue d’œil.

Il peut être intéressant de questionner l’état de sa thyroïde avec un médecin avant d’entreprendre un rééquilibrage alimentaire. D’autant plus si certains symptômes d’hyperthyroïdie sont présents : irritabilité, nervosité, troubles du sommeil, bouffées de chaleur, palpitations etc.



Stress et sommeil


Une fois encore, nous ne sommes pas tous égaux face au poids : un stress chronique peut faire prendre du poids à certaines personnes, et en perdre à d’autres.


La naturopathie dans son approche holistique, accorde tant d’importance à la gestion du stress et des émotions qu’à l’alimentation. Il est indispensable de prendre soin de la sphère émotionnelle, qu’il s’agisse de perdre ou de prendre du poids. Un stress chronique est nocif pour le corps quelle que soit la problématique : il épuise l’organisme, crée de l’inflammation, déminéralise et acidifie. Il est important d’apprendre à gérer son stress, mais aussi de s’octroyer des temps de repos et de détente réguliers (méditation, sieste, yoga, massage, respiration, promenade au grand air…).


Les personnes très minces ont souvent une hyperactivité mentale telle que le corps brûle de l’énergie uniquement en pensant. C’est le profil type du tempérament nerveux selon Hippocrate.


Le tempérament nerveux consomme beaucoup d’énergie du fait de sa suractivité mentale. Il est rapidement envahi par un flot incessant de pensées qui l’épuisent mentalement, et qui font baisser ses réserves minérales (phosphore et magnésium notamment).


« L’énergie vitale du nerveux est plutôt faible au niveau physique. En effet il réserve toute son énergie à son activité cérébrale au détriment du corps. » Dominick Léaud-Zachoval


D’où l’importance de prendre soin de son esprit autant que de son corps.


La qualité du sommeil est tout aussi importante, c’est pendant la nuit que le corps se détoxifie et que ses grandes fonctions se régénèrent. Un manque de sommeil consomme de l’énergie, ce qui n’est pas favorable à une prise de poids.



Exercice physique


Pour accompagner la prise de poids mais aussi se maintenir en bonne santé, l’exercice physique doit être régulier et adapté. Les sports d’endurance ou de cardio sont plutôt à éviter car ils font brûler beaucoup de calories. En revanche, les sports doux (yoga, pilates, ou tai-chi par exemple) permettent de tonifier l’organisme et de faire baisser le niveau de stress.


La musculation permet de prendre de la masse musculaire (masse maigre), et d’éviter que la prise de poids ne génère que de la masse grasse. Des exercices de musculation réguliers et progressifs (on ne soulève pas 50 kilos dès la première séance) sont de précieux alliés pour (re)prendre du poids.



Compléments alimentaires


Certains compléments alimentaires peuvent accompagner et soutenir la prise de poids :


Au premier plan, ceux qui permettent de nourrir et de reminéraliser l’organisme : la spiruline, l’ortie, le moringa, le plasma de Quinton, ou le pollen cru par exemple. Une cure de plusieurs semaines peut être nécessaire pour donner un coup de pouce à l’organisme.


En gemmothérapie, le bourgeon de sapin pectiné stimule la croissance osseuse. Il aide à fixer certains minéraux comme le calcium et reminéralise l’organisme. Très bien toléré et dénué d’effets secondaires, c’est un remède naturel très apprécié même en pédiatrie.


Côté micronutrition, une supplémentation en vitamines du groupe B peut être utile, auxquelles on peut ajouter du magnésium sous forme de bisglycinate ou de glycérophosphate pour mieux gérer le stress (le rééquilibrage alimentaire lui-même peut être vécu comme un stress).

Enfin, certaines plantes à tropisme digestif ouvrent l’appétit en augmentant nos sécrétions digestives.


Le fenugrec possède des propriétés apéritives, c’est un remède ancien qui fait ses preuves depuis l’époque des pharaons. On le trouve sous forme d’infusion, de teinture-mère, ou d’extrait sec, mais on peut aussi consommer ses graines germées. Le goût amer du fenugrec disparait à la germination, alors que sa teneur en vitamines et minéraux est multipliée. Une cuillère à soupe de graines germées de fenugrec sur les repas du midi et du soir constitue une bonne base et permet d’assaisonner ses plats de manière originale. On peut lui associer de l’alfalfa germée, qui est riche en acides aminés essentiels.


Les plantes amères (camomille, gentiane, fenouil, badiane, pissenlit, chicorée…) stimulent les fonctions digestives et l’appétit, elles peuvent être consommées sous forme d’infusion 1 heure ou 30 minutes avant les repas. Elles sont d’autant plus recommandées lorsque la digestion est capricieuse.



Prendre du poids est un travail de longue haleine, c’est un exercice sur soi qui peut prendre du temps. Ce temps est nécessaire pour identifier les mécanismes qui font obstacle à la prise de poids, mais aussi pour trouver « la bonne recette », qui ne sera pas forcément la même pour tous.


De nombreux professionnels du bien-être pourront accompagner cette transition : sophrologue, hypnothérapeute, kinésiologue, nutritionniste, ou naturopathe.

En effet, la naturopathie pourra soutenir les fonctions hépatiques et émonctorielles du corps dans leur rôle d’assimilation des nutriments, grâce à un programme d’hygiène vitale personnalisé. N’hésitez-pas à prendre contact avec un(e) naturopathe pour vous accompagner dans cette démarche.